ob_8abd86_logo-jbg-facebook-original

Carnet de voyage : Immersion dans le jardin botanique de Guyane

Le jardin botanique de Guyane est un havre de paix, où il est possible de découvrir une multitude de plantes et leurs usages, avec les singes hurleurs en bruit de fonds.

Présentationjbg15

Corinne et Aurélien Sambin ont inauguré le jardin botanique de Guyane en juin 2015. Pépinière d’une superficie de 3 hectares au départ, le jardin botanique de Guyane est accessible aux personnes à mobilité réduite. Plus de 2500 espèces de plantes distinctes y sont recensées. Passionnés et spécialisés dans les orchidées, Corinne et Aurélien en ont identifié plus de 400 sur le département guyanais. D’ailleurs, ils sont les créateurs d’Orchidée Guyane Export qui fournit une majorité des fleuristes et pépiniériste de Guyane.

Introduction

jbg4La visite commence par la présentation d’un répulsif naturel, trés efficace et pas encore commercialisé en Guyane, le mosiguard. Laurie, stagiaire et guide, m’explique que le produit est fait à partir d’huile essentielle d’eucalyptus citriodora, un arbre originaire d’Australie.

Le jardin regroupe 3 grandes familles de plantes. Les Bromeliaceaes parmi lesquelles on retrouve l’ananas, les Araceaes qui ont des inflorescences atypiques et les Orchidaceaes, ou orchidées, une des familles les plus diversifiées au monde.

Mécanisme des plantes

jbg5Laurie s’arrête devant les plantes qui nécessitent des explications. L’Alpinia Zerumbet dit « Atoumo » en créole, parce qu’elle guérit tous les maux et l’ochidée philippinensis qui fleurit toute l’année, sont les premières qui me sont présentées.

Vient ensuite la rencontre d’une plante incroyable qui se nourrit des particules dans l’air, qu’elle capte à l’aide de ses macroécailles. Cette plante fait partie de la famille des broméliacés et s’appelle « fille de l’air » communément. Son nom scientifique ? Tillandsia usneoide.

Je réentends parler de « macroécailles » lorsqu’on passe devant des fougères qui prennent une teinte bleue en reflétant la lumière. Nous voyons des plantes carnivores avec chacunes leurs techniques : Achmea florissa produit un liquide qui attire les insectes, qui glissent et se noient. D’autres sont sensibles et se referment au passage d’un insecte.

La Monstera Deliciosa, un faux philodendron, possède des trous dans ses feuilles pour que le vent passe sans les casser. Juste à côté, des fruits violets ont l’air apétissants. Claire, une autre stagiaire, me dit que ces fruits ont des effets psychotropes et qu’il faut donc se méfier.

Décidément la nature est incroyable, et nous les Hommes, avons encore beaucoup à apprendre.

Plantes médicinales et comestibles

Un arrêt est fait devant un arbre que rien ne nous permet de reconnaitre. Laurie cueille une feuille, la broie et nous la fait sentir. Tout semble alors évident, c’est de la cannelle. De la famille des Lauraceaes, cette plante est normalement un poison. Il faut faire bouillir les feuilles et les réduire en poudre pour avoir de la cannelle. L’écorce donne quant à lui, les bâtons de cannelle.

jbg8Nous voyons de la fausse verveine qui est en faite la « vraie » verveine et qui sert en infusion à perdre du poids, comme les feuilles de bois canon. Nous voyons aussi du Moringa, un arbre capable de soigner 300 maladies (anémie, diabète, …) et dont les feuilles peuvent être mangées en salade.

Renealmia alpinia, a quant à elle, des propriétés incroyables. En infusion, les Amérindiens l’utilisent traditionnellement car elle protège de 9 venins de serpents, et agit pendant 3 jours dans l’organisme. La chair des fruits peut être bouillie avec le riz, et la coque permet une coloration bleue qui sert de maquillage de guerre.

Orchidées

vanille Ce qui fait la particularité des orchidées, c’est certes leurs beautés, mais c’est surtout que par rapport aux autres plantes, elles cachent leur pollen afin de favoriser les fécondations croisées. Le meilleur exemple pour comprendre le phénomène ? La vanille.

Le jardin botanique de Guyane présente plus de 30 espèces de vanille, venues de Guyane et du monde entier. La difficulté de la production de vanille réside dans son temps de floraison très court (une journée) et de la difficulté à mettre en contact le pollen et le pistil. Un seul insecte pollinisateur fait cela, une abeille du genre Mélipone. En arrivant sur le label de la fleur, l’insecte tombe et rebondit. Pour sortir, l’insecte est obligé de passer là où il y a du pollen. Ainsi quand il va butiner une autre fleur, il fécondera celle-ci, avant de récupérer du pollen de nouveau, et ainsi de suite.

Hormis la vanille, il y a au Jardin Botanique de Guyane, un espace entièrement consacré aux orchidées. On y retrouve des orchidées microscopiques, et d’autres avec des couleurs éblouissantes. La plus grosse du monde fait 3 tonnes selon Laurie.

orchidée

La visite s’achève par le passage dans la boutique de souvenir. En vente ? Des plantes bien sûr, mais aussi des confitures originales (patate douce-sésame, papaye verte – amande, …), des huiles essentielles, …

Nota Bene : Le Jardin Botanique de Guyane est membre des Jardins Botaniques de France et des pays francophones et propose un gîte « L’Aspasia » (maison indépendante) au coeur du jardin botanique.

Renseignements

  • Site internet : www.jardinbotaniquedeguyane.com
  • Tél : 0594.28.17.56 / 0694.97.95.13
  • Facebook : Jardin botanique de Guyane
  • Horaires d’ouverture : mercredi au dimanche / 9h00 – 17h00
  • Adresse : PK 32 RN1 – 2805, Savane Césarée – Macouria
  • Visite guidée : 15 € (Adulte) / 9 € (Enfants)
  • Visite simple : 10 € (Adulte) / 6 € (Enfants)

 

 

 

 

Ce que vous en pensez

Laissez votre avis sur cette actu