DSC07835

Carnet de voyage : Dans le village accueillant de Saül

C’est grâce à son Fromager élu arbre de l’année 2015 que le petit village le plus reculé de Guyane a récemment fait parler de lui. Saül connaît pourtant son lot d’habitués adeptes de randonnée qui viennent chaque année à la recherche d’air pur et de tranquillité.

L’équipe d’Escapade Carbet sillonne la Guyane pour mettre à jour le site web et préparer la réédition du Guide des vacances en hamac. La semaine dernière nous étions sur Saül. On vous décrit notre parcours sur ce village situé aux frontières de la forêt amazonienne. Après le carnet de voyage : au coeur du saut du grand Machicou, voici une nouvelle expérience que l’on partage avec vous.

Loin de la ville, loin des DSC07052préjugés

Si vous avez besoin de vous évader quelques jours, loin de l’agitation de la ville, loin de vos petits tracas quotidiens c’est sans aucun doute à Saül que vous devez vous rendre. Ce village situé au centre du département, à la frontière du parc amazonien de Guyane saura à la fois vous apporter le calme que vous recherchez et satisfaire votre soif de découverte et d’aventure.

Grâce à ses nombreux sentiers de randonnées, vous pourrez découvrir en immersion totale la faune et la flore de la forêt amazonienne. Que vous soyez un grand sportif ou un novice, des sentiers pour tous les niveaux vous attendent autour de ce village authentique.

Accessible uniquement en avion, tout est prévu pour vous apporter un confort minimum dans ce bourg de 80 habitants : épicerie, restaurant, gîte, carbet, internet ou encore réseau téléphonique. Les seules différences que vous verrez avec la ville demeurent dans le paysage qui vous entoure, l’atmosphère paisible qui y règne et les rues en latérite.

Selon nous, partir à la découverte de ce lieu unique ne s’improvise pas. Un minimum de connaissances et d’organisation reste indispensable pour optimiser votre séjour.

Comment organiser son voyage à Saül ?

DSC06947

Pas besoin d’être un grand sportif, un aventurier ou un casse-cou pour oser franchir le pas. Après y avoir passé 3 jours et 3 nuits vous direz très franchement que vous y serez bien restés plus longtemps !

Il y a 5 sentiers de randonnée tout autour du village. Certains plus longs que d’autres mais au moins, il y en a pour tout le monde. Après quelques jours sur Saül, Escapade Carbet vous décrit comment nous avons organisé notre séjour :

sentier-de-saulJour 1 :

Il y a deux avions par jour qui font le trajet Cayenne/Saül. Le lundi et le vendredi, ce trajet comprend une escale à Maripasoula. Il vaut mieux prendre le vol de 8h qui vous fera arriver à Saül entre 9 et 10 h. Arrivée à l’aérodrome, une navette attend pour vous déposer devant la mairie. De là, vous pouvez rejoindre directement le logement. Direction bâbord si on vous attend aux Carbets du Bord ou Chez lulu et tribord si votre réservation est Chez kami ou au phragmipédium.

 

Histoire de vous mettre dans le bain, de commencer doucement et de vous laisser un aperçu des jours à venir, la randonnée Gros Arbres longue de 5km est la première à réaliser. Elle vous permettra d’observer des arbres emblématiques et uniques par leur taille. Cette randonnée relativement simple par l’absence d’un dénivelé peut être réalisée en 2-3 heures. Afin de ne pas se laisser surprendre par la tombée du jour, la fin de journée peut être consacrée à la découverte du village. Vous pourrez faire une escale au pied du grand fromager désormais célèbre, accessible par un sentier depuis la mairie.

DSC07744Pour le dîner, trois endroits proposent une restauration : Chez daï, Chez lulu et Chez A KE NOU. C’est de la cuisine locale qui vous sera servie pour le plaisir de vos papilles mais pensez à réserver dans l’après-midi afin de vous assurer que l’approvisionnement hebdomadaire a bien eu lieu et qu’un repas digne de ce nom pourra vous être servi. Pensez à bien vous remplir l’estomac car au petit matin c’est aux aurores qu’il faudra se lever !

Jour 2 :

Afin de profiter d’un beau spectacle, programmez votre réveil autour de 5h. Allumez la frontale, chaussez les baskets et prenez une veste, il est temps de vous mettre en route vers le sentier Belvédère. C’est un sentier incontournable à Saül, long de 2 km aller-retour, il vous fera monter jusqu’à un point de vue imprenable sur le village et sa vallée. L’effort est de mise et pour cause, de nuit, il faudra grimper à travers le sentier pendant environ 30 minutes. Mais ce dernier sera vite oublié une fois installé sur le banc face aux premières lueurs du jour. Vous aurez ainsi la chance de voir le soleil se lever sur la forêt amazonienne. Les premiers chants des oiseaux résonneront autour de vous, les aras et les toucans effectueront leurs premiers vols et si c’est votre jour de chance, les singes vous accompagneront devant ce spectacle.
DSC07304

– Levé de soleil sur Saül depuis le Belevédère –

De retour dans votre carbet, il est temps de savourer un petit déjeuner complet. La journée promet quelques kilomètres de marche. Dans l’idéal une réservation au carbet kanawa a été réalisée. Au soir, vous dormirez en pleine forêt. C’est sur la plus grosse boucle de randonnée que vous vous engagerez pour ce deuxième jour. Roche Bateau est une boucle de 14 km qui vous fera suivre la crique Nouvelle France sur au moins 3 km. C’est un sentier varié, riche en biodiversité tant faunistique que floristique. L’idéal et de débuter ce parcours à partir de l’aérodrome (soit le plus grand côté) ne soyez pas effrayé par le dénivelé de ce début de sentier, la suite est beaucoup plus régulière et plate. Aucun point de vue n’est à prévoir sur ce layon mais son originalité se trouve dans les ponts suspendus qui vous feront traverser la crique à trois reprises.  Après 8 km de marche, vous arriverez au carbet Kanawa. C’est un carbet tranquille avec une petite cuisine équipée de quelques assiettes couverts et casserole où vous pourrez faire cuire votre diner au feu de bois. Dans ce même carbet, une grande table à manger est installée à coté de laquelle vous pourrez y attacher entre 8 et 10 hamacs. Il n’y a pas de carbet sanitaire, il faudra donc prendre sa douche dans la crique située 15 mètres plus bas.  Pour la fin de la journée, vous pourrez profiter de la crique « point chaud » non loin du carbet (à 200 m) qui, même en saison sèche, vous permettra de réaliser quelques brasses.

Jour 3

Au petit matin, il est temps de rejoindre le bourg et de boucler la randonnée Roche Bateau. Deux options s’offrent à vous : soit vous rentrez directement sur Saül en suivant Roche Bateau (environ 5km) soit vous rejoignez le village par la boucle du Mont la Fumée (environ 12km). Quelle que soit l’option que vous choisissez, gardez l’œil ouvert et n’oubliez pas que la forêt est vivante. Vous aurez peut-être la chance de croiser quelques coatis qui creusent le sol, une tortue qui traverse le sentier et en levant les yeux vous tomberez facilement sur les nombreuses familles de singes qui peuplent les lieux.

DSC07096DSC07458

– Tamarin à main rousse / Tortue denticulée –

De retour au village la journée est déjà bien entamée. Vous pourrez alors simplement flâner dans votre hamac ou pourquoi pas rejoindre le Belvédère pour assister cette fois-ci à un beau coucher de soleil.

Fin de séjour, Saül c’est déjà fini

Il est déjà temps de reprendre l’avion, la navette quitte la mairie environ une heure avant le décollage. N’hésitez pas à vous présenter devant la mairie avec de l’avance, il peut arriver que l’avion parte sans vous-même avant l’heure annoncée… À 11h vous voilà de retour à la civilisation certainement fatigué par les longues randonnées mais entier. On ne vous a pas menti, Saül reste un lieu unique en son genre, calme (quand Lulu n’a pas décidé de faire la fête) et intense à la fois (grâce aux nombreuses randonnées disponibles).

Évidemment, ce parcours sur trois jours n’est donné qu’à titre indicatif, nous n’avons pas parlé du sentier « Grand bœuf mort » (12 km). Libre à vous d’organiser votre séjour comme bon vous semble.

Pour vous aider n’hésitez pas à consulter le site du parc amazonien de Guyane.

DSC07299

– Levé de soleil sur Saül depuis le Belevédère –

Ce qu’il faut retenir pour aller à Saül :

  • Dans l’avion, vous avez le droit à un petit baguage en soute de 10 kilos et 5 kilos en cabine.
  • Dans le village l’eau est potable, certains carbets proposent même l’eau chaude pour la douche.
  • Deux épiceries sont ouvertes en permanence mais sachez que les prix sont plus élevés que sur Cayenne par exemple.
  • Trois restaurants sont ouverts au moins le soir, pensez à réserver au moins deux heures avant.
  • La nuit, il y fait plus froid que sur le littoral, si vous dormez en carbet prévoyez des vêtements longs pour dormir.
  • Tous les sentiers sont entretenus et balisés. Il faudrait vraiment y mettre du sien pour se perdre. Même en famille, les sentiers les plus courts peuvent être réalisés.
  • Quand cela fonctionne, la majorité des carbets disposent d’un accès internet.
  • Ne vous laissez pas intimider par la pluie, lorsqu’elle n’est pas très forte elle ne vous atteint pas quand vous êtes sur les sentiers de randonnée.
  • Pour espérer rencontrer quelques animaux, gardez bien en tête que le plus souvent on les entend avant de les voir alors tendez l’oreille.
  • N’oubliez pas le maillot si vous envisagez de faire la boucle « Roche Bateau » vous serez content de l’avoir avec vous.
  • Savourez, c’est la seule chose importante à faire quand on va à Saül !

– Quelques photos prises sur le sentier Roche Bateau –

DSC07500DSC07650

 

 

DSC07680

 

 

 

 

Ce que vous en pensez

  1. Nous sommes retournes à Saul cet été, toujours aussi agréable, le carbet du bord super agréable, balades vraiment très sympa. Bref le bonheur.

  2. Alain Dicharry

    Bonjour,

    Saül est l’endroit de Guyane que je préfère. Le village, situé à 176 kilomètres à vol d’ oiseau de Cayenne, est comme une île perdue au beau milieu d’un océan végétal. Le seul repérage de cette commune sur un plan peut donner le vertige tant son isolement est total. Sur la carte, il n’y a qu’un point figurant un village de quelque importance au centre même de la Guyane, et ce village … est Saül. Et encore, faut-il bien se rendre compte qu’il n’y a ici que 70 habitants permanents (une petite moitié de Créoles, une autre moitié de Métros et quelques Hmong.
    Les rues en latérite et les petites maisons en bois évoquent l’image d’un bourg ancestral, un sanctuaire de vie paisible. L’absence de clôtures, remplacées par des haies végétales, rappelle à l’esprit communautaire et familial qui créa ce village.
    Finalement, le village n’a rien de remarquable si ce n’est son atmosphère très particulière. On se sent ici comme un Robinson perdu sur un maigre îlot au beau milieu de l’immensité verte: une sensation si rare que cela en fait l’un des endroits les plus attachants de Guyane. L’isolement total, au beau milieu de la forêt amazonienne guyanaise, transporte le visiteur dans un autre univers.
    Néanmoins, l’isolement du village n’a pas que des avantages. Les prix des produits, déjà très chers dans le reste de la Guyane, sont exorbitants à Saül.

    Il existe à Saül un guide remarquable qui exerce depuis fort longtemps et qui peut vous proposer des expéditions (quasiment du sur mesures) en forêt, sur plusieurs jours, dans des endroits où le touriste lambda ne peut de rendre seul.

    Son site est http://www.guyane-randonnees.fr

  3. José B.

    L’article est très bien rédigé et renseigne bien sur les lieux. Ca donne envie d’y retourner.
    Bravo

Laissez votre avis sur cette actu