Interview avec la brasserie guyanaise Jeune Gueule

À travers une série d’articles consacrée à l’économie locale et en relation avec les mouvements sociaux actuels, Escapade Carbet souhaite mettre en avant les initiatives guyanaises.

En ce sens, nous commençons cette série par une interview de la seule brasserie de Guyane et qui plus est artisanale : la brasserie Jeune Gueule.

L’interview

  • [ Escapade Carbet ] – Bonjour Frédéric, pouvez-vous nous parler de la création de la brasserie Jeune Gueule en 2011 ? Comment est né le projet ? 

20141231_204041[ Frédéric FARRUGIA ] – Jannick et moi avions constaté l’absence affligeante de bière produite localement, notamment en recevant régulièrement des gens en mission en Guyane. Ceux-ci demandaient systématiquement de la bière locale au restaurant… et les réponses étaient souvent cocasses… Après de longues heures passées sur Internet, nous décidons de nous lancer dans l’aventure en réalisant une picobrasserie « test », histoire de voir s’il n’y avait pas de contraintes techniques au projet. Commencée en septembre 2010, la première version est opérationnelle en avril 2011, avec beaucoup de temps passé les week-ends et même la nuit (…) pour y parvenir (nous étions encore salariés). Les premiers tests s’avérant intéressants, nous partons en formation plusieurs fois en métropole durant l’année 2011. Toujours « underground » jusqu’en août 2011, c’est la création d’une page Facebook qui mettra le feu aux poudres. Le 11 août, quatre jours après la création de cette page, France Guyane publie en « une » un article sur notre activité. Un torrent de demandes nous arrivent alors de toute la Guyane et même de métropole… L’aventure commence à cette date (même si légalement, nous étions opérationnels depuis juin 2011).

  • Vous produisez de la bière brassée en Guyane. Quels ont été les challenges pour lancer cette nouvelle filière de produit local ?

0X2B3322Produire de la bière, comme beaucoup d’autres choses en Guyane, relève principalement de contraintes techniques et logistiques. Les contraintes techniques ne sont pas celles que l’on pourrait croire ; en effet, ni la température, ni l’humidité ne posent problème. L’absence ou la fragilité de fournisseurs en Guyane est la principale difficulté : trouver du matériel adéquat, des stocks de pièces de rechange, des boulons… peut parfois devenir le parcours du combattant…

La question logistique (durée du transport, coût exorbitant) ne fait qu’accentuer la première. Il est difficile de faire acheminer des pièces, du matériel, des matières premières… les délais sont longs. Certains fournisseurs refusent même de vendre en Guyane et bien sûr, tout doit être payé en avance. Qui plus est, nous devons sur-stocker pour faire face à tout cela… entraînant des besoins de trésorerie beaucoup plus importants qu’ailleurs.

Avec une volonté de fer et beaucoup de débrouille, on parvient cependant à des résultats…

  • Vous avez d’ailleurs reçu plusieurs récompenses au Concours Général Agricole de Paris, n’est-ce pas ?

Une première médaille en 2015, totalement inattendue (c’était notre première participation), puis une deuxième médaille en 2016, nous ont donné une véritable légitimité à continuer, à innover. En effet, le produit primé deux fois, la Weity, recèle quelques petits secrets compliquant la recette, mais qui ont payé. Nous en sommes fiers. Dommage que cette année, c’est justement un problème logistique qui nous ait empêché de participer (problème de livraison de colis pourtant arrivé à Paris…).

  • 20160416_195320Vous prévoyez l’élaboration de nouvelles bières, pouvez-vous nous donner une indication sur vos prochains parfums ? 

Oui, nous avons plusieurs projets dans les tuyaux et ceux-ci sortiront des classiques blondes, blanches, ambrées, brune… Mais pour l’instant, notre capacité ne nous permet pas de les envisager, nous devons déjà faire face à la demande sur les quatre premières.

  • Où peut-on acheter et déguster vos bières ? 

Nos bières sont en vente dans les principales grandes et moyennes surfaces de Cayenne, Kourou, St Laurent et plus rarement dans les libre-services pour le moment. La plupart des restaurants et bars de Guyane nous distribuent, même si ce n’est pas encore exhaustif.

  • SHOOTING_JUILLET2015 (75)Vous organisez également des visites de votre brasserie, comment se déroulent-elles ? 

Tous les samedis, nous recevons jusqu’à 20 personnes pour visiter nos installations. La visite se déroule en 3 temps : découverte du monde de la bière dans le monde, en France et en Guyane, puis visite des installations et bien sûr dégustation (pour les plus de 18 ans…). Nous faisons également découvrir d’autres productions locales, miel, chocolat, saucissons, chips. La visite dure environ 2H30 et est proposée à 6 € / pers. (gratuit pour les moins de 12 ans). Cette visite se déroule de manière ouverte et conviviale, l’objectif étant, au-delà de l’aspect « bière », de découvrir la production locale guyanaise et ses trésors.

  • En tant que jeune entreprise locale, que pensez-vous des mouvements sociaux grandissant actuels en Guyane ? 

Nous soutenons totalement les mouvements qui agitent la Guyane depuis quelques semaines, car nous sommes les premiers à affronter les difficultés et réalités guyanaises. Il est temps que des mesures urgentes de rattrapage, à tous les niveaux, soient prises pour modifier radicalement cette situation. Sinon, les mouvements s’intensifieront… jusqu’à ce que la France perde la Guyane, ce qui semble invraisemblable étant donné la fusée. La paix sociale ne peut plus être achetée par la création de postes de fonctionnaires… Un véritable plan de rattrapage doit permettre à notre fabuleuse région de revenir sur son retard abominable face à la métropole. Il doit passer par des investissements massifs dans l’éducation, les infrastructures, la sécurité, mais aussi par une impulsion sans précédent pour le développement des entreprises et notamment de production locale pour réduire nos importations qui pompent littéralement nos ressources. Notre territoire hors norme est stratégique pour la France, il doit être traité comme tel.

Plus d’infos

 

Adresse : 1749 chemin de l’Egyptienne – 97351 Matoury

Site internet : wwwLogo-Jeune-Gueule.jeunegueule.com

Facebook : www.facebook.com/jeune.gueule

Twitter : www.twitter.com/jeune_gueule/

Tel : 0694 38 01 74

Mail : contact@jeunegueule.com

Ce que vous en pensez

  1. MARIEMA Gilbert

    Depuis 2013 je suis devenu un véritable fan de la bière Guyanaise Jeune Gueule.
    J’apprécie ses différents arômes et ses compositions selon les circonstances tantôt blonde, rousse, noire ou aromatisée. J’ai eu l’occasion d’échanger avec ses fondateurs, notamment Frédéric. Se sont de véritables entrepreneurs guyanais pour qui je l’espère… l’aventure ne fait que commencer…
    Bien sincèrement

Laissez votre avis sur cette actu