Interview avec Takari, la marque de mobilier design éco-responsable

Takari, la marque de mobilier design éco-responsable made in Guyane !

L’association Escapade Carbet est allée à la rencontre de Victor GAUTIER, fondateur de Takari Design, jeune entreprise guyanaise engagée au service de l’économie sociale et solidaire. On vous fait découvrir à travers cette interview ce projet d’upcycling en Guyane et son parcours.

L’interview

 

– [ ESCAPADE CARBET ] Vous êtes le fondateur de Takari Design, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots le concept du projet ?

[ Victor GAUTIER ] Le concept de TAKARI c’est de créer du mobilier design éco-responsable fabriqué localement à partir de matériaux de récupération. Notre principal objectif est de réduire les impacts des déchets (écologiques, sanitaires et économiques) en Guyane. Grâce au réemploi (upcycling), nous souhaitons participer aux engagements du territoire en termes de développement durable tout en renforçant l’activité économique locale via des partenariats établis avec des artisans locaux.

Avec l’aide de Vincent GAREL, menuisier qui maîtrise la conception de nos meubles et de l’Association NE PLUS JETER sur la partie couture, nous avons en moins d’un an collecté plus de 4 tonnes de matériaux de récupération qui ont servi à créer pas loin d’une centaine de meubles.

Plus de 70% des déchets que nous avons collectés ont été réemployés. Au-delà de la fabrication du mobilier, nous apportons à des entreprises locales une solution économique pour évacuer leur déchet tout en réduisant la quantité de matériaux à supporter par les collectivités où à réexpédier vers la métropole.

– Comment avez-vous été amenés à entreprendre dans un projet lié à l’économie circulaire en Guyane ?

Je suis arrivé en Guyane en 2015 pour travailler sur les projets d’électrification solaires dans les villages isolés du Haut-Maroni avant de prendre en charge la gestion des déchets automobiles en Guyane. C’est à travers ce poste que j’ai fait le constat de l’impact que pouvais avoir des déchets comme les pneus en Guyane. En dehors du recyclage du verre ou de la valorisation énergétique de certains déchets, la plupart des déchets en Guyane sont soit mis en décharge soit envoyés par container vers la métropole pour y être recycler.

L’upcycling et l’économie circulaire était pour moi une solution alternative presque évidente face aux contraintes d’isolement de la Guyane. Début 2016, je n’avais qu’une idée très vague de ce que pouvait être TAKARI. J’ai choisi de présenter ce projet à Ticket for Change, un organisme incroyable qui accompagne chaque année 50 projets d’entrepreneuriat à impact positif, et j’ai eu la chance d’être sélectionné parmi des centaines de candidatures. Ticket for Change m’a donné le déclic pour me lancer et m’a aidé à structurer le projet pour passer de l’idée à l’action tout en m’ouvrant à un réseau d’entrepreneurs avec des projets encore plus fous que le mien dont certains cartonnent aujourd’hui (Yuka, Meet my Mama, Smart Cycle…). J’espère réussir à en faire autant !

– Quels sont les produits actuels de votre collection ? Et ceux que vous pensez développer ?

Mobilier Takari à The Island

Nous commençons à avoir plusieurs modèles standards en bois de palettes et en pneus (canapé, bureau, table basse, table de bar, tabouret, pouf, que l’on peut retrouver sur notre site ou notre page Facebook). Nous réalisons également quelques aménagements d’espace sur-mesure. Chacune de nos commandes nous oblige à inventer de nouveaux modèles.

L’un des enjeux serait maintenant de pouvoir élargir à l’emploi d’autres matériaux (chutes de bois locaux, bois de bateaux…) de façon tout aussi régulières.

– Vous venez de meubler entièrement le nouvel espace de co-working The Island à Cayenne et le résultat est magnifique ! Quelles sont les prochaines étapes ?

Avec The Island, nous avons pu prouver que le concept de TAKARI fonctionne. La prochaine étape est de pérenniser le projet et de passer à l’échelle supérieure en trouvant un local et une équipe. Nous devons pour cela encore trouver des soutiens financiers, ce pourquoi nous participons notamment aux assises des Outre-Mer et à d’autres concours. J’en profite pour inviter les lecteurs à suivre TAKARI sur notre page Facebook, nous auront bientôt besoin de leurs votes pour remporter ces concours ;).

Mobilier Takari à The Island

– Le projet a été lancé courant 2016. Quels sont les obstacles et challenges que vous avez rencontrés jusque-là ?

Quand j’ai été accepté par Ticket for Change à participer à leur programme d’accompagnement j’ai fait un pari risqué : celui de quitter un CDI et une situation stable pour me lancer dans un projet sur lequel je n’avais aucune garanti de succès et dont beaucoup me disait que ça ne marcherai jamais. Le principal obstacle a donc été financier. Essayer de lancer une entreprise en ayant soi-même moins d’un smic par mois pour vivre, je ne vous cache pas que c’est difficile au quotidien. Depuis l’été dernier, je ne perçois plus d’aide au chômage et je travail donc à temps partiel dans l’énergie solaire pour continuer d’avancer.

Malgré tout, je ne regrette absolument pas ce choix et je suis content de voir qu’après une année de développement TAKARI obtient des retours et des résultats très encourageants.

– Vous êtes un jeune entrepreneur de l’économie sociale et solidaire en Guyane. Que conseilleriez-vous aux personnes qui envisagent de suivre votre chemin ?

Il commence à y avoir pas mal d’acteurs de l’économie sociale et solidaire en Guyane et la plupart on toujours besoin de soutien. Mon premier conseil serait donc de bien regarder s’il n’est pas possible de rejoindre l’un de ces acteurs plutôt que de redémarrer un projet de zéro. Bien sûr, si aucun projet similaire n’existe, alors je vous encourage à vous lancer, à ne rien lâcher et surtout à vous entourer pour le faire.

– Un mot pour la fin ?

Tout seul on va plus vite, mais à plusieurs on va plus loin ! Protégeons ensemble l’environnement de la Guyane !

Plus d’infos

 

TAKARI DESIGN

Site internet
Facebook
Mail : victor.gautier@takari-design.fr
Tel : 06 72 84 78 29 /0694 41 29 44

Ce que vous en pensez

Laissez votre avis sur cette actu