Archéologie

Vestiges

L’ Amazonie n’est définitivement pas une « forêt vierge et impénétrable ». Polissoirs, gravures et peintures rupestres, montagnes couronnées, abris sous roche : ces vestiges ténus et incomplets enfouis sous la surface du sol ou protégés par le couvercle forestier sont une source de connaissance fondamentale pour l’histoire du peuplement du sud de la Guyane. Ils permettent de reconstruire l’image des organisations humaines qui ont laissé ces traces matérielles, en les restituant dans le contexte d’une grande aire guyano-amazonienne présentant des traits culturels et technologiques communs.

Poterie des Oyampis

Source : Université des Antilles et de la Guyane. Service commun de la documentation. Disponible sur http://www.manioc.org

7000 ans d’histoire

Aujourd’hui, la prospection archéologique en zone forestière reste délicate et notre vision d’ensemble du peuplement ancien du territoire du Parc amazonien de Guyane (et plus largement de l’Amazonie) n’est pas complète. Mais les données disponibles permettent d’affirmer que depuis 7 000 ans au moins, des hommes ont parcouru et occupé en continu ces espaces, vraisemblablement structurés.  Ils y ont laissé d’innombrables témoignages, bien au-delà des cours des grands fleuves et revenaient de façon récurrente dans certains lieux pour y prélever des matériaux nécessaires à leurs vies quotidiennes.

Pour retisser le fil de cette histoire, diverses collaborations rassemblent scientifiques et communautés locales. Ces dernières apportent leurs éclairages, par leurs connaissances paysagères et leurs mémoires, afin de mettre en lumière le passé du territoire, question partagée par tous.

Les textes de cette rubrique nous ont été fournis par le Parc Amazonien de Guyane.